Municipales 2020

Publié le 23 septembre 2019
YouTube-icon-full_color.png

Pour l’ensemble des partis politiques, les élections Municipales de mars prochain revêtent une importance capitale. Outre la dimension locale avancée par les candidats, c’est au niveau national que ce scrutin intéresse les appareils politiques. Ce sont eux, en effet, qui voteront pour les élections Sénatoriales de 2021. 

Comme je le rappelais dans mon article « les Pleins pouvoirs », Emmanuel Macron pourrait à cette occasion obtenir la majorité au Sénat. Une telle situation serait extrêmement préjudiciable pour l’esprit de la démocratie puisque le chef de l’exécutif se trouverait propulsé à la tête du législatif, ce qui créerait une rupture dans le principe de séparation des pouvoirs si cher à nos institutions.

Mais les futurs maires vont hériter d’une autre responsabilité nationale. Ils disposeront de la capacité de valider telle ou telle candidature à la prochaine élection présidentielle de 2022. Ils n’étaient que 14.296 en 2017 à apporter leur parrainage, soit l’équivalent de 70% d’abstention chez les 45.000 élus habilités à parrainer un candidat. Ce qui s’apparente à une forme de « non-assistance à démocratie en danger » est renforcé par la nature même des parrainages. Si l’on se réfère au décompte du Conseil Constitutionnel, 12.000 d’entre eux ont été accordés à des représentants des partis politiques pourtant largement rejetés par les Français. 

La campagne des municipales offre donc à toutes celles et ceux qui aspirent au renouvellement de notre classe politique la possibilité de remédier à cette carence démocratique. Il suffit pour cela d’aller voir les candidats de sa commune et d’obtenir d’eux l’engagement qu’ils utiliseront leur droit de parrainage au profit d’une candidature qui ne serait pas issue du sérail politique habituel. La liste des parrains étant publique, il sera extrêmement aisé de vérifier si l’élu aura honoré sa promesse.

Cette aspiration à un renouvellement de nos élites répond à une attente forte de la part des électeurs. Dans un sondage de 2016, 78% des personnes interrogées se déclareraient prêtes à voter pour un candidat qui ne serait « ni issu ni soutenu par un parti politique ». Un autre sondage de Francetv-info révélait d’ailleurs la présence de 82 candidats souhaitant présenter leur candidature au 1er tour. Parmi elles, une 30aine d’initiatives citoyennes ont tenté de décrocher les 500 précieux sésames…en vain.

2017 a également vu se développer de nombreuses primaires citoyennes qui ont ouvert la voie vers une démocratie plus participative. Ces primaires se voulaient une réponse non partisane à des partis politiques qui avaient confisqué l’élection présidentielle au profit de leurs propres candidats. 

La campagne des municipales nous offre donc la possibilité d’imposer aux candidats qu’ils agissent en faveur du renouvellement de la classe politique nationale. Je vous invite donc à les rencontrer et les convaincre que votre vote ne leur sera acquis qu’à la condition exclusive qu’ils parrainent un candidat en 2022. 

Le relevé du Conseil Constitutionnel fera foi.

 

Inscription à la Lettre du Pays des Souris

Inscrivez-vous à la Newsletter et recevez tous les 15 jours mon analyse décalée de l'actualité politique du pays.

©Stephane Guyot 2019 - Tous droits réservés