Alerte Contagion

Publié le 28 juin 2017

De nombreux cas de patients aux doigts mutilés et recouverts de pansements seraient rapportés par les services sanitaires. D’après le ministère de la santé, il s’agirait d’un virus contracté il y a 1 mois qui toucherait les électeurs d’Emmanuel Macron et pousserait les victimes à se mordre les doigts. 

 

Les premiers cas sont apparus au lendemain de la nomination de François Bayrou et Bruno Lemaire, deux figures emblématiques de cet ‘’ancien régime’’ politique largement rejeté par la vague de dégagisme, mais toujours présent à des fonctions ministérielles décisives. 

Les services de santé ont noté une accélération de la propagation du virus il y a quelques semaines alors qu’on apprenait les liens financiers entre la Ministre de la santé, Agnès Buzyn, et les labos pharmaceutiques. Des révélations pour le moins gênantes au moment où le gouvernement confirmait son intention d’étendre l’obligatoire de la vaccination infantile de 3 à 11 vaccins.

Mais l’épidémie dit des ‘’doigts mutilés’’ allait encore prendre de l’ampleur avec la démission des 3 ministres Modem soupçonnés d’emplois fictifs et de détournement de fonds Européens au profit de leur formation politique. Des démissions jugées par certaines victimes comme un aveu sur des affaires politico-financières que le président Macron ne pouvait que difficilement ignorer. 

 

La contagion semble avoir atteint son pic mardi 27 juin à l’Assemblée Nationale. Selon le directeur des Urgences de Paris, « La nomination de François de Rugy au Perchoir, alors que l’ex-candidat à la primaire du PS avait trahi les électeurs de la gauche en refusant de soutenir le vainqueur de la primaire, est un message inquiétant sur la probité du gouvernement ». Il ajoute : « Si d’autres affaires venaient à être révélées, je crains que nous soyons rapidement débordés ».

L’actualité de ces dernières 24h risque de confirmer ses craintes. Dans son édition du mercredi 28 juin, nos confrères de Libération viennent en effet de publier une enquête édifiante sur les « dysfonctionnements en cascade » dans l’organisation et le financement de la soirée de lancement d’En Marche à Las Vegas le 6 janvier 2016. L’actuelle Ministre du Travail, Muriel Pénicaud serait directement concernée par l’enquête en cours. 

Mais le plus inquiétant est survenu depuis l’arrivée de Manuel Valls au sein de la majorité présidentielle à l’Assemble Nationale. Le virus des ‘’doigts mutilés’’ semble avoir muté et touche désormais d’autres parties du corps. Certaines victimes déclarent en effet souffrir de graves douleurs anales inexpliquées : « je ne comprend pas, j’ai voté contre ces gens-là, j’ai cru que ce serait enfin différent et depuis quelques semaines, j’ai terriblement mal au cul ! »

Les services sanitaires ont appelé cette mutation le « syndrome de la savonnette », en référence aux incidents tristement connus dans les douches des établissements pénitentiaires. « Il n’y a aucune remède connu à ce jour », nous disent-ils. « Le seul moyen est d’attendre les prochaines élections et de passer le parlement au Karcher ». 

En attendant, les fabricants français de vaseline se frottent les mains. Leurs carnets de commandes sont déjà pleins pour les 5 années à venir. C’est sans doute ça, l’effet Macron sur l’économie du pays !

Inscription à la Lettre du Pays des Souris

Inscrivez-vous à la Newsletter et recevez tous les 15 jours mon analyse décalée de l'actualité politique du pays.

©Stephane Guyot 2019 - Tous droits réservés